Recrutement d’un.e Coordinateur.trice d’activités socio-culturelles pour le Centre pénitentiaire de Liancourt / Cand. avant 20-12-21


Photo : © http://www.annuaires.justice.gouv.fr/

Sous l’autorité du garde des sceaux, ministre de la justice, et avec le concours des autres services de l’État, des collectivités territoriales, des associations et d’autres personnes publiques ou privées, la direction de l’administration pénitentiaire assure le service public pénitentiaire ; à ce titre, elle participe à l’exécution des décisions pénales, elle contribue à l’insertion ou à la réinsertion des personnes qui lui sont confiées par l’autorité judiciaire, à la prévention de la récidive et à la sécurité publique dans le respect des intérêts de la société, des droits des victimes et des droits des personnes détenues.
En application des dispositions des articles 27 et 89 de la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009, les services de l’administration pénitentiaire (établissements pénitentiaires et services pénitentiaires d’insertion et de probation – SPIP) doivent mettre en œuvre des activités pour les personnes détenues en établissement pénitentiaire, principalement pour les personnes condamnées dans le cadre d’un parcours d’exécution de peine. L’article R57-9-1 du code de procédure pénale liste l’ensemble des activités à vocation éducative, culturelle, sportive ou professionnelle qui peuvent être mise en œuvre en établissement pénitentiaire. Ces activités peuvent être collectives ou individuelles et assurées par des professionnels de l’administration pénitentiaire ou ses partenaires (professionnels ou bénévoles). Par ailleurs, des activités plus spécifiques sont mises en œuvre par les services pénitentiaires d’insertion et de probation (programmes de prévention de la récidive) ou par les services de santé (programmes à vocation thérapeutique).

Publication originale : Culturables.fr – 24 novembre 2021

Description du poste
Recruté par le chef d’établissement du Centre pénitentiaire de Liancourt, le coordinateur d’activités culturelles intervient au sein de l’établissement pénitentiaire pour faciliter la programmation, l’organisation et la mise en œuvre des activités culturelles auprès des personnes placées sous main de justice.
Le coordinateur d’activités travaille avec l’ensemble des partenaires de l’administration pénitentiaire intervenant à l’établissement (enseignants, formateurs, associations, personnels de santé…).

Son champ d’intervention est le suivant :
1 – Programmation des activités : contribue à la programmation des activités selon les orientations fixées par le chef d’établissement et le DFSPIP en lien avec le projet d’établissement (prise de contacts avec les partenaires, définition du coût des activités, préparation des conventions…).
Participe à la consultation des personnes détenues sur les activités et organise le déroulement des activités au sein de l’établissement…

2 – Mise en œuvre des activités : élabore le planning d’intervention, effectue la promotion des activités et participe à la sélection des personnes détenues candidates, assure l’accueil logistique des intervenants et contribue à la mise en œuvre effective des activités…

3 – Évaluation des activités : le coordinateur d’activités veille à l’évaluation des activités mises en œuvre en lien avec le SPIP et les services de l’établissement, tant du point de vue des personnes détenues que des intervenants.
Il contribue dans son champ de compétences aux rapports d’activités de l’établissement et du SPIP.
Le coordinateur d’activités culturelles travaille en lien avec les professionnels de l’administration pénitentiaires (personnels de surveillance, d’encadrement, de direction, administratif ou techniques, personnels des SPIP) et leurs partenaires (enseignants, personnels privés, intervenants associatifs, personnels de santé…).

Dans le cadre de ses fonctions, il a des contacts réguliers avec les personnes détenues.
Le coordinateur d’activité peut également être chargé de participer à des réunions partenariales à l’extérieur des établissements pénitentiaires.

Profil recherché
1 – Formation universitaire (niveau licence)
2 – Expérience dans la mise en œuvre de projets (associatifs, culturels, sportifs…)
3 – Rigueur et organisation, sens du travail en équipe et aptitude relationnelle sont des qualités requises.
4 – Maîtrise des outils bureautiques

Conditions
Contrat : CDD de 12 mois renouvelable
Lieu de travail : le centre pénitentiaire de Liancourt
Horaires : du lundi au vendredi – 36heures 20 hebdomadaires
Salaire : 1750 € Brut

Date limite de candidature : 20 décembre 2021

Pour toutes candidatures, merci de bien vouloir transmettre un CV détaillé accompagné d’une lettre de motivation au Pôle recrutement : recrutement.disp-lille@justice.fr

Publication originale : Culturables.fr – 24 novembre 2021