Citéphilo 2017 : L’art cinématographique de Victor Erice, 3ème temps

26 novembre 2017
10h30 > 19h30

Auditorium - Palais des Beaux Arts
Place de la République
59000 Lille

10h30-12h30, Projection de Le Sud (El Sur), film de Victor Erice (1983, Espagne, 97’,couleur, VO espagnole sous-titrée en français)
Inspiré d’un roman d’Adelaide Garcia Morales, Le Sud, second long-métrage de Victor Erice, met en scène une fillette qui se confronte aux mystères de son entourage. Mystères de la vie, dans l’Espagne assombrie des années ’50, qu’elle découvre et qui vont se révéler jusqu’à ce que, adolescente, elle quitte ce monde familial et social dans lequel elle a jusqu’alors vécu pour partir vers le Sud. Dans ce film admirable de pudeur et de sensibilité, qui confirme la
capacité remarquable du cinéaste de prendre place dans le regard d’un enfant sur le monde, le traitement de la lumière comme celui de l’espace et du temps compose un portrait presque pictural d’une famille de l’Espagne de ce temps franquiste.
14h45-17h00 : Projection de Le songe de la lumière (El Sol del Membrillo), film de Victor Erice (1992, Espagne, 133’, Couleur, VO espagnole sous-titrée en français)
Périphérie de Madrid, à l’automne, quand les fruits mûrissent, mais aussi pourrissent ; et dans les bruits du monde (guerre du Golfe, fin de la RDA). Victor Erice accompagne le peintre Antonio López tout au long du processus de conception et de réalisation d’un tableau : la peinture à l’huile d’un cognassier que le peintre a planté dans le jardin de son atelier. Le film conduit alors une réflexion majeure non seulement sur la relation de la peinture et du cinéma, mais sur la relation au temps, aux choses, à la nature et aux hommes. Un absolu chef d’œuvre.
17h15-18h00 : Projection de Alumbramiento, film de Victor Erice (2002, épisode du film international Ten minutes older.
The Trumpet, 12’, N&B, VO espagnole sous-titrée en français)
Un soir de l’été de 1940. Dans l’obscurité, avec les sons de la campagne, on entend les pleurs d’un nouveau-né. Après l’agitation de l’accouchement, la jeune mère et son enfant dorment. Soudainement, une goutte de sang jaillit dans les langes du bébé : personne ne sait. Les habitants du lieu poursuivent leurs travaux et leurs jeux. Et la nature suit, indifférente, son cours aveugle.
Projection de La Morte Rouge, film de Victor Erice (Couleur et N&B, 2006, Espagne, 34’, VO espagnole sous-titrée en français)
« La Morte Rouge. Si, c’était le nom de l’endroit : un village entouré de marais, situé dans le Canada français, dans les environs de Québec. Je ne suis jamais parvenu à le trouver sur les cartes, parce qu’il existait seulement dans l’imagination des scénaristes de La Garra Ecarlata : le premier film que je me souviens avoir vu » (Victor Erice). Autobiographie d’un spectateur : Víctor Erice raconte sa première expérience de cinéma devant La Griffe sanglante (1944), de Roy William Neill, polar mettant en scène Sherlock Holmes, le célèbre détective créé par
Arthur Conan Doyle. La Morte Rouge est un film sur les premières émotions au cinéma, entre désir et peur, et une réflexion sur la mémoire, entre autobiographie et histoire, réalité et fiction.

18h00-19h30 : Dialogue avec Victor Erice
Présentation : Jacques Lemière, responsable pour l’art du cinéma à Citéphilo

Chargement de la carte…